« La victoire des républicains | Accueil | Sarkozy est élu mais l'Histoire reste à écrire »

dimanche 29 avril 2007

Commentaires

Fabrice BEGUIN


« Hasta la Libertad siempre… »

(Ernesto Che GUEVARA)


Dans six jours, les citoyens de la République se rendront aux urnes.

Le départage de nos deux finalistes n’est pas simple – ou trop simple pour certains.

Limiter le choix de notre futur Chef de l’Etat à la seule capacité constitue, à cette échéance, un risque fort de musellement des libertés publiques et individuelles.

Notre régime est présidentiel, et donc nous voterons en conséquence pour une personne.

Ensuite, les élections législatives nous permettrons de déterminer la politique de la Nation.

Gauche, Droite, majorité centrale… le Peuple souverain préfèrera.

La probabilité que les Français mandatent une majorité centrale et aspirent à une France sans triste est forte.

Une volonté de changement monte des profondeurs, et si nous ne pouvons réformer en douceur alors des lobbies de toutes parts surgiront.

La pression médiatique est à son paroxisme.

Mais qui contrôle les médias ?

Ce week-end encore, j’ai été choqué par le nombre restreint de cinémas projetant « Les oubliées de Juarez ».

Les acteurs principaux sont pourtant deux figures d’Hollywood : Jennifer LOPEZ et Antonio BANDERAS.

Mais, ce film dérange.

Il démonte trop bien les rouages du système de libre- échange nord –américain et du régime mexicain corrompu par l’hégémonie de son voisin et partenaire commercial, l’alliance maudite nuisant gravement aux mexicains eux-mêmes.

Cette œuvre militante nous incite aussi à réfléchir sur la place de l’Homme par rapport au Capital.

Le Capital doit-il être l’apanage d’actionnaires engrangeant les bénéfices de l’esclavage moderne ou bien peut-il devenir un facteur de progrès social et humain ?

L’Europe du libre- échange promue par les ultra- libéraux n’est autre que celle qui permet aux multinationales de délocaliser à l’Est pour disposer d’une main d’œuvre meilleur marché et revendre à l’Ouest à un prix supérieur…. Et ce sur le même territoire.

L’Europe des Etats, si elle aboutit à un ensemble fédéral, devra être homogène.

C’est pour cela qu’il non convient, non pas pour l’instant, mais après ratification d’une éventuelle Loi fondamentale des Etats-Unis d’Europe, d’instaurer des lois sociales européennes.

Ainsi, les capitaux ne pourront outrepasser les législations nationales puisque la loi sera fédérale.

En revanche, sans base renforcée, sans respect des différences,des droits fondamentaux de l’Homme et sans harmonie sociale, l’Europe actuelle s’achèvera par un retour à la souveraineté des Etats.

L’aventure européenne et internationale mérite mieux que ça.

A nous, devant ces urnes, de prouver notre volonté internationaliste !

A nous de refuser les trafics !

Ces élections constituent un engagement à long terme.

Nous devons voter en prenant en considérant les contextes internationaux, nationaux et régionaux.

Pour une France forte de ses particularismes, sociale, solidaire et internationale, respectueuse de l’environnement comme de l’Homme pour ce qu’il est et non pour ce qu’il consomme, nous élirons.

Aux urnes citoyens !

Nicolas

Il me semble que seule la branche U2R rejoindrait ce nouveau parti Démocrate. Le PRG et Les Valoisiens ne suivraient pas...On se prépare plus à un statu-quo qu'autre chose: Les 3 branches du Radicalisme demeureraient divisés dans les 3 "Pôles" du Tripartisme qui se dessine.

Les Valoisiens avec l'UMP
l'U2R avec le Parti Démocrate(nom à définir)
le PRG avec le PS

La réussite serait de faire venir les 2 autres "branches" au nouveau parti...

Fabrice BEGUIN


Symboles, symboles…


Encore des mots, toujours des mots…

Non, ce n’est pas Dalida et Delon.

C’est Ségolène et Sarkozy.

Tandis que l’un braque la Gauche en récupérant JAURES, BLUM et MOQUET, l’autre récupère au vol un mythe dont les Français n’auraient jamais été assez bercés : Jeanne d’Arc, chacun s’excitant mutuellement sur de telles mentions hystériques à tour de rôle.

En attendant un retour sur terre de son couple missionnaire, le Peuple guette des propositions électorales.

Qui dégainera le plus solidairement et équitablement possible ?

Quel est le vrai visage de ces deux « Janus » politiques ?

La France pourra-t-elle renouer avec la Croissance ?

Tellement de questions restent en plan…

Le courtisan deviendra- t-il courtisé ou la courtisée se muera –t-elle en courtisane ?

Le rapport de forces est infime.

A tour de rôle, l’un s’énerve, l’autre reste posé.

Jusqu’au dernier dépouillement, nous ne connaîtrons pas le nouvel oripeau de la France.

Le suspense est certain, les alliances se font et défont…

La roue tourne …

Les Français renoueront –ils enfin avec la Fortune ?

Verdict dans trois jours…

Fabrice BEGUIN

Cachez ce (blanc) seing que je ne saurais voir !

Enfin, ils l’ont posée… enfin…

La question d’une multitude de blancs suffrages est enfin posée par les médias.

Avant, ils nous pronostiquaient un duel larvé entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy.

Maintenant, ils s’aperçoivent que beaucoup de nos compatriotes soucieux de leur pureté républicaine s’apprêtent à rendre feuille blanche.

Bien que ce type de suffrage ne soit pas reconnu comme tel en France, il est la manifestation, en l’espèce, d’un malaise, d’une fracture morale entre le Peuple et ses élites.

« Les médias nous dirigent et les énarques nous sodomisent » dixit les Gens.

Et oui, ces Gens…

Lorsqu’on ne méprise pas leurs volontés, on les caresse dans le sens du poil.

Les élites ont depuis trop longtemps cru pouvoir, de nouveau, appliquer un système qui a amené une civilisation antique à sa faillite : Panem et Circences.

Cependant, électeur est devenu Citoyen ; il souhaite être associé de plein droit à la vie de la Cité.

Le Général de GAULLE voyait dans la fonction présidentielle une rencontre d’un homme (ou d’une femme) avec son Peuple.

Il y a dans cette vision la même osmose que dans une « certaine idée de la France ».

Le dirigeant est dirigé mais il doit diriger ; son rôle est celui de fusible national (les énergies se concentrent en lui et il doit les recycler le plus fidèlement possible).

Ce n’est pas évident de gouverner par tous et pour tous.

Les contestataires sont légions, parfois légions constructives si l’on y prête attention.

La critique est facile, l’art (d’y répondre) difficile.


Pour la première fois depuis trop longtemps, les élections présidentielles nous présentent un candidat rouge et un candidat bleu.

Ces deux mascottes revendiquent le drapeau tricolore.

Seulement, pour un vrai suffrage tricolore, le blanc manque entre le tandem initial, le blanc non pas synonyme de rejet du choix imposé mais réellement comme « blanc seing », c’est-à-dire les deux postulants incarnés ne me conviennent guère et pourtant, j’exprime ma voix et je servirai les intérêts de mon pays quel que soit le vainqueur.

Légaliser cette option électorale, voilà déjà un progrès pour nos votations futures !


Thireau Philippe

Voter blanc égal voter gris

Pas d'accord avec toute cette logorée sur le vote blanc ; en démocratie, on prend position dans les urnes ou on se rebelle dans la rue ; le vote blanc ne fait pas avancer d'un iota ! Le vote blanc c'est, si l'on réfléchit bien, conforter l'offre politique la plus mauvaise. Dans le cas d'espèce qui nous occupe aujourd'hui, voter blanc, c'est voter Sarkozy, car c'est lui qui tient la corde et c'est son offre qui est la plus stérile pour la démocratie. L'offre inverse, celle de Royal, a l'avantage d'ouvrir le champs politique. On peut multiplier les exemples ; en 2002 par exemple, voter blanc, c'était renforcer la position de Le Pen : 1) en n'apportant pas une voix franche à Chirac ; 2) en augmentant le nombre de votants et ainsi en abaissant le score en % de Chirac...

LEMERY    François

il faudreait à l'U2R plus de visibilité afin de devenir le point de jonction des Radicaux adhérant au Parti Démocrate .Une adresse .Un ou plusieurs correspondants.Une réunion ( peu importe notre nombre..) Si vous êtes en accord avec cette perspective ,faites le savoir .Amitiés Radicales

LEMERY    François

j'ajoute que,pour ma part, je suis disposé à me faire publiquement connaître et à servir de "lien" ou de coordinateur.Ancien élu PRG dans le 77 et le 94 , j"avais adhérer à "feu" le MRG en 1974.J'ai appartenu au CD du PRG durant plusieurs années avant de m'élogner de la Maison BAYLET.J"ai fait campagne avec l'équipe BAYROU dans le 77 et je vais voter ( faire voter SEGO.) au deuxième tour...même sans enthousiasme .Mais il y a quand même une logique politique à respecter.L'abstention,parfois tentante demeure un puits sans fonds...

Thireau Philippe

Réponse à François Lemery

Je pense que U2R peut faire le lien ; pourquoi multiplier les structures ? Si les adhérents U2R ne restent pas crispés sur un NON identitaire (referendum sur la constitution européenne), tout est possible. Il faut voir comment François Bayrou va s'en sortir jeudi prochain entre une UDF maintenue par l'UMP, de Charette et les élus centristes piteusement ralliés au néo-lepenisme, d'une part, et un PS mutant, d'autre part. Les radicaux dans tout cela ? Nous sommes pour un radicalisme extrêmement central ! si je puis dire ! C'est à dire, un radicalisme "pierre d'angle" de toute construction ; le vrai équilibre, la vraie fonction d'assemblage sont là... Soyons cela, une bonne pierre. Bon, mon cher François Lemery, voici mon adresse i mail : ph.thireau@free.fr

LEMERY    François

Réponse à Thierry ; " Piere d'Angle", cela me va . Soyons de bons ouvriers appliqués sur le chantier ,munis des bons outils en vue de la Mesure et de l'Equilibre . Même si à force de combats ardus nous ne savons ni lire ni écrire , notre détermination est intacte . Je crois que notre vieux serpent de mer ( la réunification de la famille Radicale ) a trop de plomb dans l'aile pour constituer une perspective crédible à moyen terme. Essayons un centre de gravité pas trop éloigné , qui peut être le futur Parti Démocrate... A bientôt sur votre site perso. Trois fois salut...

Pierred

UN GRAND PARTI RADICAL
------------------------------

Sarkozy est donc elu!

Alors que la droite jubile, comme si elle accedait au pouvoir pour la premiere fois en dix ans, la gauche la plus bete du monde continue a scier la branche sur laquelle elle est assise.

Je ne souhaite qu'une chose. Que le PS implose! Ils parlent de renovation et de refondation mais nombre d'entre eux ne pensent que "blairisation", ce qui serait une trahison dont nous reviendrons pas avec de lourdes consequences:

1- Il ne resterait plus rien de la gauche progressiste. De cette gauche huminaniste, volontariste, sociale que nous desirons tous.

2- nous entrerions totalement dans une logique americaine avec une droite dure et une "gauche" molle qui aura delaisse le peuple et le debat ideologique. Nous serions laisses avec un peuple qui, deboussole par un corpus ideologique non combatif et inexistant a gauche, se laisserait totalement seduire par les sirenes populistes de la droite dure.

La barre ne doit pas etre a gauche toute, mais simplement a gauche.

Nous devons:

1/ Re-ideologiser la gauche. Cette re-ideologisation ne peut etre que de gauche sociale-republicaine. Il faut proposer un projet de societe alternatif, radical, republicain.

2/ Travailler a un veritable programme economique de gauche dont le but n'est pas de redistribuer la misere, mais de favoriser le developpement de la creation de richesses qui seront ensuite equitablement redistribuees (c'est la l'exigeance morale radicale de Jaures!!).

La droite est catastrophique dans son evolution ideologique mais il y a eu evolution.

La gauche doit changer mais la Strauss-Kahniser ou la centriser est une erreur.

Ce dont nous avons besoin c'est d'un nouveau LEON BOURGEOIS, de remettre au gout du jour le SOLIDARSIME RADICAL. Je rappelle que si son solidarisme avait tant fait peur aux liberaux de l'epoque, c'est parce que Leon Bourgeois ne reflechissait pas en termes extreme-gauchistes ou socialistes mais il associait dans un lien extremement rigoureux et dynamique l'economique et le social!!

Mon sentiment? Le SOLIDARSIME RADICAL EST L'AVENIR DE LA REPUBLIQUE, OU ELLE NE SERA PLUS. Il ne s'agit pas de theoriser quelque chose de nouveau. Il s'agit de remettre au devant de la scene un volontarisme politique et economique qui refuse tout compromis.

Stan

C'est très juste ce que vs dîtes et c'est ce qu'a amorcé Ségolène. Je ne comprends tjs pas l'attitude de l'U2R qui fustige le PS et son éventuel strauss-kahnisation alors que Bayrou et Lepage sont favorables à cette blairisation ou social-libéralisation (pour faire des terminaisons en "ion") du PS, c'est ce qu'ils appellent la "gauche moderne" aux dépens d'une prétendue gauche "archaïque" (justement, les républicains de gauche comme Fabius ou Chevenement).

ThierryL

Votre blog est incompréhensible : c'est de la philosophie.
Entrez dans le monde de la politique, qui est le monde du réel : les affaires de la cité.
Que proposez-vous d'original dans votre programme politique quand je ne lis que des critiques du PS ou de l'UMP qui ne font qu'illustrer le vide de vos convictions ?

coach shoes

Bon, je vais faire tout ça depuis mon bureau actuel à Montreuil, mais ca le fait quand même!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.