« La déroutante lettre aux éducateurs | Accueil | La place de l'islam en Europe »

mercredi 07 novembre 2007

Commentaires

McBob

la LICRA n'a pas brille dans sa defense des valeurs republicaines depuis un certain temps (droit de l'hommisme quand tu nous tiens!). Je ne sais pas s'il faut se rejouir ou s'inquieter de savoir qu'elle organise ce debat.

Emmanue DUPUY

Je rappelle que la LICRA n'est pas l'organisatrice de ce débat, mais qu'il a été conçu et préparé en synergie avec le Comité Laïcité République, que l'on ne peut accuser de ne pas défendre au mieux les valeurs républicaines..

Emmanuel DUPUY
Président U2R
Membre du bureau du CLR

Nicolas

L' U2R a donc rejoint l'UMP par le biais des "Progressistes" de Besson... Déconcertant pour le moins.

Faire cause commune avec Besson et Héré (plus pro-Européen tu meurs) et se rallier au camp de Sarkozy (contrairement à ce qui a été dit sur ce blog) mérite quelques explications...


Emmanue DUPUY

Comme ce que l'U2R a toujours écrit ici, il reste et restera le carrefour du radicalisme. Lieu d'échanges et de débats, si possible de participation concrète, l'U2R demeure attentive et active vis-à-vis du rassemblement et de la participation à toutes les formes de mobilisation républicaines.

CHAYNES Regis

bonjour a Emmanuel Dupuy et Nicolas,
A moins de ne pas disposer de tous les elements des conditions d'organisation de ce colloque je ne vois pas en quoi l'U2R rejoindrait l'UMP et Sarkozy par le biais des Progressistes d'Eric Besson. J'aimerai avoir quelques explications.
Il serait beaucoup plus utile au debat de savoir qu'elle est votre position respective(U2R et Nicolas) sur le meeting de Jean-Pierre Chevenement,Nicolas Dupont-Aignan et Marie-Noelle Lienemann le 2 decembre a Paris a la Maison de la Chimie.
regis chaynes

Nicolas

L'U2R est maintenant "partie prenante" des Progressistes de Besson où Mr Dupuy y anime un groupe de travail. Je ne juge absolument pas, même si cela me surprend après des prises de positions fermes sur l'Europe et sur Sarkozy sur ce même blog (passez de Fabius à Marc Héré, le très social-Libéral: bigre!):
Eclairez-nous tout simplement!
Le rapprochement avec le Modem est tombé à l'eau?
Pour vous répondre Régis, Certaines positions de Dupont-Aignan ne me plaisent guère et bien qu'étant farouchement Républicain (J'ai fortement soutenu Chevènement en 2002), je ne suis pas un "Ultra". Lienemann (j'aime beaucoup!)-Aignan, c'est encore le "grand écart"..
La "tentation Modem" me plaisait davantage pour lui impulser un élan Républicain, ou bien un rapprochement avec la Gauche Républicaine (ou le PS!) mais participer à ce qu'on appelle "l'aile gauche de l'UMP" ça, non!
C'est pour cela que j'aimerai, cher Emmanuel, connaitre le processus intellectuel qui vous y a conduit. Peut-être pourriez-vous nous convaincre.
Et qu'en est-il du rapprochement avec les autres Radicaux, de gauche et Valoisiens)?

Paul Baquiast

Suite aux discussions de ces derniers jours, il me parait important d'expliquer ci-dessous pourquoi plusieurs membres de l'U2R ont fait le choix personnel de se rapprocher d'Eric Besson. Ces choix individuels n'entrainent pas derrière eux l'U2R qui, en ces temps de recomposition politique, doit plus que jamais rester un carrefour du radicalisme libre.
L’élection présidentielle de 2007 et ses multiples rebondissements ont profondément bouleversé le paysage politique de la France. Le désir de politique s’est révélé au cœur du peuple. La volonté de remettre la France en mouvement s’est manifestée dans la plupart des programmes. La nécessité de dépasser les clivages politiques pour l’œuvre de redressement national a été exprimée par François Bayrou d’abord, puis repris par les deux autres grands candidats.

Au final, Nicolas Sarkozy a été élu et, visiblement, en a été transformé. Alors que ce qu’on connaissait de son parcours politique et de son caractère avait laissé planer la crainte d’une dérive autoritaire et sectaire du pouvoir, crainte à plusieurs reprises exprimée par nous même sur ce blog, un souffle nouveau s’est fait ressentir, inspiré du meilleur de ceux qui s’étaient levés, à gauche, à droite et au centre, durant la campagne. De mot d’ordre, l’ouverture est devenue une réalité. Ouverture, et non point débauchage, comme on a pu le dire trop rapidement. Car il n’est pas demandé aux femmes et aux hommes venus soutenir le gouvernement de renier leurs convictions et leur identité. Au contraire, il leur est demandé d’apporter leur pierre tout en restant eux même. Il y a là une méthode et un panache qui n’est pas sans rappeler le GPRF du général de Gaulle, rassemblant gaullistes, démocrates-chrétiens, communistes, socialistes et radicaux pour la reconstruction du pays détruit par 4 années d’occupation et de collaboration. Certes, Sarkozy n’est pas De Gaulle. Bien des points les opposent. Il n’empêche, ne refaisons pas l’erreur de la gauche qui, lors du retour au pouvoir du général de Gaulle en 1958, s’est obstinée à ne pas comprendre la nature du gaullisme, accusé d’être un nouveau fascisme et son chef un apprenti dictateur de 67 ans.

La France est confronté à des défis immenses. Mondialisation, bouleversements écologiques, montée des intégrismes et des communautarismes. Pour les relever, un effort d’union nationale est vital. Plusieurs initiatives sont actuellement en cours allant dans le sens de la structuration d’un pôle de gauche au sein de la majorité présidentielle:
· Une esquisse laborieuse de rapprochement de la place de Valois avec la rue Duroc
· L’existence d’un groupe de « sarkozistes de gauche » appelé « diagonale ».
· La transformation du club « gauche moderne » de Jean-Marie Boquel en « Social-lib ».
· Le développement d’un groupe de réflexion autour d’Eric Besson, dénommé « les Progressistes.fr ».

Au sein des progressistes, les républicains-radicaux de l’U2R sont attendus, avec une impatience qui n’existe pas chez les autres éléments du « pôle de gauche », et encore moins au PS, qui depuis longtemps ne tolère les radicaux que réduits à la vassalité, et au Modem, qui après les immenses espoirs qu’il a soulevé parmi nous, semble devoir fonctionner comme une parti cadenassé au service de l’ambition d’un seul homme et de ses haines personnelles. C’est pourquoi plusieurs parmi les républicains-radicaux, dans la continuité de ce qui motive leur action depuis 5 ans, et tout en gardant leur indépendance, ont décidé de répondre favorablement à l’appel d’Eric Besson. Ils ont eu l'agréable surprise d'y retrouver de nombreuses amitiés scellées au temps de la campagne Chevènement de 2001/2002.

Il n'est pas, cependant, dans la vocation de l’U2R de faire marcher au même pas l'ensemble des républicains radicaux. En ces temps de recomposition, il est normal que tous ne veuillent pas passer par les mêmes chemins. L'important est que notre idéal reste le même et donc que l'U2R demeure ce carrefour des radicaux libres et ce lieu de la rénovation intellectuelle du radicalisme.
Paul Baquiast,
Secrétaire général de l'U2R

CHAYNES Regis

Me voila donc renseigné. Effectivement je n'avais pas (etant a Lyon) tous les elements en main. Je n'approuve pas la position de l'U2R,car meme s'il s'agit d'initiatives individuelles,l'argumentation utilisée par Paul Baquiast semble prouver qu'en fait c'est la demarche de l'ensemble de l'U2R.C'est dommage.Je comprends donc la
position de Nicolas. En ce qui me concerne,tout en comprenant les reticences par rapport a NDA,il me semble que la voie a suivre est celle du regroupement entre l'ancien Pole Republicain,les gaullistes sociaux et une partie du NON de gauche et pouquoi pas des gens du PCF puisque,par exemple le Comité Valmy regroupe des gens du pcf,des gaullistes,des ex-prg et ex-socialistes.
Cette divergence de vue n'enlève rien a l'amitié que j'ai pour Paul Baquiast et Emmanuel Dupuy.Mais je ne peux suivre dans un rapprochement avec Sarkozy.
amities regis chaynes

anonyme gaulliste

Bonjour,

Les gaullistes et Radicaux Mendessiens se sont réunis.

Il est Vrai pour ma part, que je ne vois pas les Radicaux dit de gauche et les Radicaux dit de droite se réunir et porter allégence à UMP, quoi que pour le PR c'est deja fait.
Sachez, mais regis Chayne sera mieux vous en parler, que des alternatives naissent pour que le bi-partisme ne soit pas le choix futur des Français.

Thireau Philippe

Triste dérapage. U2R ne se réunit pas. Les décisions ne sont pas prises en commun malgré les demandes de certains ; le rapprochement avec les "progressistes" de Besson est assez affligeant. Le rôle pionnier de l'U2R (refondation de la famille radicale à partir d'une position indépendante) ne semble donc plus d'actualité puisque l'U2R rejoint l'UMP à travers "les progressistes". Etant désormais membre du MoDem, je me bornerai désormais à suivre les travaux de l'U2R comme "auditeur libre". Il serait pour moi acceptable que les républicains-radicaux transorment leur mouvement en "Carrefour des radicaux" (j'en serai), chacun étant libre de ses appartenances partisanes.

Philippe Thireau

Radical anti-Sarko

Heureusement les radicaux totalement libres qui ne veulent ni du Ps ni de l'UMP ni plonger dans un parti eurofédéraliste ont un lieu pour se rassembler.

http://rgr.upf.ultim-blog.com

Sébastien NANTZ

Cher Monsieur Baquiast,

Il n'en tient qu'à vous de vous associer avec un gouvernement de droite réactionnaire mais s'il vous plait ne dites pas n'importe quoi pour justifier votre choix. Je ne vois pas en quoi, les personnes "soit disantes" de gauche et qui ont rallié (par opportunisme) Sarkozy apportent quoi que ce soit dans la politique gouvernementale.

La politique actuelle est sans doute la plus anti-sociale depuis la libéralition. Elle me fait penser à cette droite qui combattait les oeuvres sociales réalisées par le front populaire.

Enfin oser comparer Sarkozy avec ce qu'a fait de Gaulle est une preuve de méconnaissance totalement de l'action du général de Gaulle.

Si on devait comparer Sarkozy avec une personne du passé, ce n'est certainement pas à de Gaulle.

La phrase de son conseiller Mr Guaino après l'élection de Sarkozy "Pour la 1ère fois depuis la guerre, on a remis la morale dans la vie politique." est tout un symbole.

McBob

"...un souffle nouveau s’est fait ressentir, inspiré du meilleur de ceux qui s’étaient levés, à gauche, à droite et au centre, durant la campagne. De mot d’ordre, l’ouverture est devenue une réalité. Ouverture, et non point débauchage, comme on a pu le dire trop rapidement. Car il n’est pas demandé aux femmes et aux hommes venus soutenir le gouvernement de renier leurs convictions et leur identité. "

Cher Monsieur Baquiast,

J'en aurai pleure de rire, si cela n'etait pas aussi tragique et dramatique.

Que le PS travaille avec la droite UMP anti-republicaine, passe encore, mais que des national-Radicaux comme l'U2R osent tenir de tels propos et decident de suivre une telle strategie montrent a quel point vous vous etes tous egares. L'U2R est mort et c'est bien triste.

Merci a Regis Chaynes et Seb NANTZ pour leur travail incessant.

VIVE L'UPF!

CHAYNES Regis

Je rajoute une derniere chose. Je suis vraiment tres triste, desemparé,abassourdi.Un coup de bambou terrible.
voici mon adresse-mail pour les personnes qui desirent que je leur envoi la liste des ouvrages qui composent pa "Bibliotheque Radicale"
regis-a.chaynes@laposte.net
amities a tous

radical

Membre du bureau de l'U2R, je comprends les réactions de nos lecteurs et sympathisants. A titre personnel, je ne partage pas la position de nos amis qui rejoignent les "Sarkozystes de gauche", pour des raisons de fond sur lesquelles j'aurai l'occasion de revenir.

Pour autant, je reste à l'U2R, qui me paraît un outil intéressant de réflexion sur ce que doit être la république aujourd'hui, et qui doit être capable d'entamer le dialogue entre majorité et opposition. Je reste donc dans l'opposition, tandis que Paul, Emmanuel et d'autres ont fait d'autres choix : continuons cependant à dialoguer. faisons de l'U2R un cadre d'échanges ouverts. D'autant qu'il n'est pas dit que nos chemins divergent longtemps.

Soyons humbles : nul ne sait avec certitude s'il détient la vérité. C'est d'ailleurs la définition même de la laïcité.

Stéphane Lucas

Paul Baquiast

Je ne peux que partager l'analyse de Stéphane. L'époque est à la confusion et à la recomposition, comme vient tout récemment encore de le montrer l'évolution de J-M Cavada qui quitte le MODEM dont il était l'un des esprits les plus brillants, se déclare homme de centre-gauche et conduira une liste de la majorité présidentielle à Paris, avec d'autres personnes du "pôle de gauche". Différents choix sont possibles. L'avenir dira qui de nous avait raison, mais évitons de manier entre radicaux et républicains l'ostracisme ou l'insulte. Notre idéal à tous est le même: cultivons le sur ce blog et au sein de l'U2R.
Paul Baquiast

Nicolas

Et sur le fond, sur la politique réac de Sarko? Pourquoi pas de réponse? Mr Nantz, de l'UPF n'a pas eu de réponses. Qu'en pensez-vous? Une politique d'accentuation des inégalités sociales, de verrouillage à tous les niveaux, de séduction pour bien se faire avoir ensuite....
Une politique atlantiste à l'extérieur, et qui réduit l'influence de l'Etat en matière économique et dans les services publics à l'intérieur. Bref, la loi du plus fort.
Et sur l'Europe??

Je me suis donné quelques jours de reflexions mais votre position m'échappe et n'est pas cohérente.
Passer de Fabius à Sarko en 10 mois, c'est osé...

Et pourquoi ne pas l'avoir annoncé sur ce blog? Une certaine culpabilité peut-être.
Pour terminer, Mr Baquiast, personne n'a manier l'insulte comme vous le dites dans votre message.

Amitiés radicales et républicaines.

Sébastien NANTZ

cavada n'a pas rejoint sarkozy par convictions mais pour assurer sa place de député européen voir optenir à l'avenir un poste ministériel, cela n'a rien à voir avec une recomposition quelconque c'est seulement de l'opportunisme.

Il n'y a rien dans la politique de Sarkozy qui justifierait un ralliement de personnes de gauche ou du centre.

J'appelle, pour ma part, les vrais radicaux à ne pas plonger dans l'ambition personnelle qui leur ferait renier leurs idéaux.

McBob

"Notre idéal à tous est le même: cultivons le sur ce blog et au sein de l'U2R."

Cher M. Paul Baquiast,

Je vous en prie, notre ideal n'est pas le meme.

Le mien est la Republique, la justice sociale, la souverainete nationale, la Laicite, l'instruction publique; pas l'Europe neo- liberale, l'atlantisme servile, l'abandon du peuple, le renoncement au progres, le communautarisme ravageur...bref tout ce qui n'est pas par definition la Republique et le Radicalisme.

Nicolas a raison. "Les Radicaux sont de retour et cette fois chez Sarkozy", passes de Fabius a Sarkozy en dix mois. Il n'y a AUCUNE justification intellectuelle et republicaine pour un tel revirement.

Nicolas a raison. Je ne suis pas surpris que vous n'ayez pas donne de nouvelles pendant des mois sur ce site, vous etiez sans doute trop occupe a mettre en place votre ralliement au Prince.

Stan

Et dire que j'ai été tenté par une adhésion à l'U2R il y a de cela un an ... Hé bien, je suis heureux de ne pas l'avoir fait ! De Fabius à Chevènement, de Chevènement à Lepage, de Lepage à Bayrou, de Bayrou au traître Besson via un rapprochement avec Sarkozy ... ! Voilà de la consistance politique et intellectuelle.

Je souscris entièrement au message précédent de Mc Bob.

Nicolas

Je crois que'lU2R ne prend pas d'adhésion, il fonctionnait plus comme un club, une association de reflexion politique mais il n'y avait pas de système de cartage et d'adhésions.

Pour ma part, en cette période de renouvellement et de crise politique, j'aimerai vraiment que les dirigeants de l'U2R s'expliquent, nous détaillent leur cheminement. C'est un choix politique après tout, respectons-le même si, comme moi, je ne le comprends pas.
Face aux morcellements néfastes de la nébuleuse radicale, incapable de s'agglomerer et de se structurer, les raliements ne m'étonnent guère finalement.

Mr Chaynes, je suis interessé par votre "bibliothèque radicale" merci de me la "mailer": nilaukele@voila.fr. Merci par avance.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.